La Vérité sur l’imaginaire passion d’un inconnu, film de Marcel Hanoun, 1973

1980 – Hyères

1980 – HYÈRES – Un colloque sur le Cinéma indépendant organisé par Jack LANG. Petit aréopage de créateurs dont Marguerite DURAS ( Mitterand, qui n’est pas encore président, nous a rendu visite). ------------------------------------------- Je dis : « Venus d’horizons divers, nous sommes réunis ici, non pour nous affronter, mais pour cultiver, comparer, l’immédiateté...
bareau.jpg

E una poesia ou Nous ferons toujours des mains négatives

super 8, 4 min, sonore. Film réalisé pour Krash40, quarante cinéastes pour les dernières pellicules super 8 en Kodachrome 40. « L’incroyable relief des choses dans l’air aujourd’hui encore touche le cœur. Quant à moi, je crois qu’un arbre, un rocher se profilant sur le ciel furent des dieux dès...

Ma part

19' _ Film de fin d'étude, Master 2 réalisation documentaire, Lussas « La plupart des images sont des images que j'ai prises dans la maison d'enfance de mon père. Un livre posé sur un guéridon. Un miroir. Il m'a dit que lui, il allait sur la tombe de son père,...

Scénario du film « Passion »

Reproduction du cahier "Passion. Introduction à un scénario" cf. Jean-Luc Godard, Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard (1985), édition établie par Alain Bergala, tome 1 (1950-1984), Paris, Cahiers du cinéma, 1998, pp. 486-497.
Histoire (s) du cinéma, Jean-Luc Godard, 1999

Histoire (s) du cinéma. Avec un s.

Toutes les histoires qu'il y aurait. Qu'il y aura, ou qu'il y aurait ? Qu'il y a eu. Par exemple, l'histoire du dernier nabab. Irving Thalberg. Un directeur de télévision pense au maximum deux cents films par an. Irving Thalberg est le seul qui, chaque jour, pensait cinquante-deux films. La fondation. Le père...

Rien d’autre que cela

Le temps dure déjà depuis longtemps. Je suis vieux. Dehors le jour se lève indifférent. Le mouvement baigné d’invisible. Notre monde immense. La forme humaine se tient là, dans le miroir. J’aperçois ses contours, la matière est circonscrite dans un espace délimité par la peau. Je tends mon bras...
La Mort d'Empedocle ou Quand le vert de la terre brillera à nouveau pour vous, film de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, 1986

Jean-Marie Straub, La Résistance du cinéma

Traduction en français par Julia Borsatto L’argent est le veau d’or. L’argent est la seule chose qui compte dans cette Europe qui s’étendra jusqu’à l’Oural qui sera seulement au service du profit et de la supposée économie de marché autrement dit de la concurrence productrice de barbarie. Nous aurons de la barbarie jusqu’à Moscou, jusqu’à l’Oural et au-delà. Avec le...

A propos de quatre films de Stephen Dwoskin

Dans Pain is, Dwoskin remarque : « Si vous effleurez le bois avec le doigt, vous sentez le bois ; si une écharde vous blesse, vous allez sentir votre doigt. C’est ainsi que fonctionne la douleur ». C’est aussi la manière dont fonctionne le cinéma de Stephen Dwoskin. Ce n’est pas un cinéma...
Les saisons, film de Artavazd Pelechian, 1972

Conversation entre Artavazd Pelechian et Jean-Luc Godard. Un langage d’avant Babel

Jean-Luc Godard : Dans quelles conditions avez-vous travaillé ? Artavazd Pelechian : J'ai fait tous mes films en Arménie, mais souvent avec l'aide de Moscou. Je ne veux pas faire l'éloge de l'ancien système, mais je ne m'en plaindrais pas non plus. Au moins il y avait le VGIK (l'Institut...
En avant, jeunesse, Pedro Costa, 2006

Autour du cinéma de Pedro Costa

Travailler à Fonthainas, 2001 / 2008. Parcours à travers divers entretiens*
En avant jeunesse, Pedro Costa, 2006

Documents autour de Pedro Costa

  SEMPRE EM MARCHA Blog de José Oliveira. https://soundcloud.com/icalondon/pedro-costa-where-does-your A CLOSED DOOR THAT LEAVES US GUESSING Conférence de Pedro Costa à l'école de cinéma de Tokyo. ADVENTURE: AN ESSAY ON PEDRO COSTA Texte de Shigehiko Hasumi. KINO SLANG Blog d'Andy Rector. NE CHANGE RIEN Entretien vidéo avec Pedro Costa réalisé pendant le FID Marseille 2009 ENTRETIEN AVEC AURELIEN GERBAULT Réalisateur de Tout...
Soliloque 2/la barbarie, Véronique Goël, 1982

Les films de Véronique Goël

  Les films de véronique Goël sont comme des tranches de mémoire taillées dans un langage cinématographique solide. Entre les lignes de ce langage, sa lucidité se déploie en agrandissements successifs qui se remplissent de la simplicité complexe de son propre vécu. Confrontant hommes et actions, hommes et espace et...

Retour sur Stephen Dwoskin

Mon approche de l'œuvre de Stephen Dwoskin a longtemps été déterminée et orientée par la vision, en 1970, de Moment (1969) et de Times for (1970, son premier long-métrage), dans une séance programmée par un groupe défendant l'avant-garde cinématographique. Vision légitime, de prime abord, car avant de s'établir à...

Dwoskin à Lussas. Retour sur une expérience rare.

Il est 21h15 et je me prépare à passer ce long tunnel, 13 films choisis de l’œuvre de Dwoskin projetés sur la soirée et la journée du lendemain. Je ne connais de ce réalisateur que son film PAIN IS, et un plan de BEHINDERT qui m’avait intrigué. Ah oui...

Entretien avec Margarida Cordeiro et António Reis

Il a fallu six ans à Antonio Reis et Margarida Cordeiro pour construire et recueillir mentalement les images d’Ana, pour les réaliser en un film. Tras-os-Montes, Ana sont en réalité l’œuvre d’une vie, dans la mesure où toute l’expérience de celle-ci vient s’y résumer, y œuvre et y culminer,...
Fresque de la vie de saint François à Assise, Giotto, XIIIe siècle

Mon goût cinématographique

Mon goût cinématographique n’est pas d’origine cinématographique, mais pictural. Les images, les champs visuels que j’ai dans la tête, ce sont les fresques de Masaccio, de Giotto – les peintres que j’aime le plus, avec certains maniéristes (comme, par exemple, Pontormo). Je n’arrive pas à concevoir des images, des...

Pierrot mon ami

Vous me dites : parlons de Pierrot ? Je vous dis : quoi en dire ? Vous répondez : C’est exact ! Parlons donc d’autre chose, on y reviendra forcément, comme McArthur et le naturel, pour se venger et parce que c’est normal. Mais en attendant de mettre le point sur les i de je...
Salome, 1976, film de Téo Hernandez

Entretien avec Téo Hernandez

Téo Hernandez est né en 1939 au Mexique. À la fin des années soixante, il s'installe en France où il meurt prématurément en 1992. Il a réalisé une œuvre cinématographique foisonnante et d'une grande beauté... Téo Hernandez est l'une des figures centrales du cinéma expérimental français. Texte initialement paru dans...

Dans le noir du temps

Episode du film Ten Minutes Older : The Cello Grande-Bretagne-France/2001
Lignes d’erre retranscrites par Gisèle Durand Ruiz, Graniès, 1974

Lignes d’erre

Initialement paru dans le livre, Cartes et figures de la Terre, catalogue de l'exposition organisée par le Centre de Création Industrielle au Centre Georges Pompidou en 1980.   "Dans les vagues, Dans les monts érodés de la chaîne hercynienne Quelques radeaux d’après le désastre" …*   Sur ces radeaux, quelques jeunes hommes et femmes, guidés par l’impulsion et...
Marguerite Duras sur le tournage du film

« Que le monde aille à sa perte » par Marguerite Duras

Extrait du livre Marguerite Duras, LA COULEUR DES MOTS, Entretiens avec Dominique Noguez, Edition Benoît Jacob, 2001

Lettre de Jean-Luc Godard

Divers fragments choisis entre 1968 et 1991

Le témoignage de Jacques Lin autour des lignes d’erre de Fernand Deligny

Jacques Lin, né en 1948, ancien ouvrier, est aujourd’hui le responsable du lieu d’accueil de Monoblet « les Graniers ». Avec Gisèle Durand-Lin, depuis bientôt quarante ans, en compagnie d’autistes, ils tentent cette expérience de vie en équilibre entre le coutumier et l’imprévu. Il est l'auteur du livre La Vie...

De la photographie comme art de l’inquiétude

Un homme rassemble en l’an 2000 des photos qu’il a prises sur un laps de temps de 46 ans. Cet homme est aujourd’hui reconnu, internationalement, comme l’un des plus grands cinéastes documentaristes de son temps. C’est pourtant un désir très précoce de photographe qui a décidé de son destin...

Présent inachevé – notes de préparation d’un film

Un film crée son successeur. Le film suivant est un commentaire ou une critique du précédent, un ajout ou une riposte. Il offre une possibilité d’évasion. La même thématique est abordée sous un angle différent, avec des procédés de style radicalement différents. Ou bien alors on s’en détourne résolument...
Seven invisible men, film de Sharunas Bartas, 2005

De quoi sommes-nous la somme ?* Le cinéma de Sharunas Bartas…

Le cinéma de Sharunas Bartas a toujours existé, depuis que le monde est monde. Mais nous, où étions-nous passés ? Un jeune contemporain, dans son pays méconnu, embrasse de son regard les visages, les paysages, les constructions qui l'entourent, avec une attention et une ferveur qui sauvent de notre...
rome-3.jpg

Entre images, arrières-pays (en cheminant au travers des films de Jean-Claude Rousseau)

  De quoi la photographie extraite du film, photographie de photogramme, peut-elle témoigner, que peut-elle révéler, arracher au mouvement et au temps d’une image dont elle n’est que la trace résiduelle, la momie ? Nous informer de ce qui est montré, comme ici des motifs récurrents des films de Jean-Claude Rousseau...

Trajet(s). Marseille

D'un intérieur vers un extérieur ou est-ce l'inverse.
Photogramme du film Panier Cinéjournal

Panier Cinéjournal – Film flamme

"Il ne s’agissait que de transcrire ces trajets, pour rien, pour voir, pour n’avoir pas à en parler, des enfants là, pour éluder nom et prénom, déjouer les artifices du il de rigueur dès que l’autre est parlé". "Ou apparait ce mot de commun auquel il suffit d’adjoindre un...
Filmer et punir (2007), Pierre Merejkowsky

Oui je reconnais les faits : je sifflote l’internationale.

(chronique permanente et cinématographique) PROLOGUE NUMERO UN Il est inutile de revenir sur cette décision. Ma décision est prise. Et je ne changerai pas de décision. Je dois suivre une ligne, une ligne idéologique, claire et précise. Je dois définir le sens de ma vie. Il est impossible de vivre en ignorant le sens de...
mer.jpg

Troisième flamme

1. Le silence de la mer m'incorpore aux souffrances d'autrui Dans le jardin, les alignements séparent l'espace Nous sommes en attente Une femme âgée tente d'arracher une rose Rien qu'un souffle L'écho en moi 2. Le secret de l'homme, ce n'est pas ce qu'il montre mais ce qu'il ne peut pas dire. Le secret du temps qui déborde. Regarder, attendre...

Lettre de Dominique Noguez à Jean-Claude Rousseau

Cher Jean-Claude Rousseau, Pardonnez ma nonchalance. En fait, j’aurais pu vous écrire plus tôt, car j’ai lu d’une traite, la nuit même du jour où je l’ai eu, votre scénario. D’une traite, car c’est bien fait (au sens de la haute couture ou de ces artisanats de précision qui tolèrent...

Fifty et le gour *

6'30 Enregistrement sonore d'un extrait du récit de Fernand Deligny Le radeau dans Toits d’asile. Voix de Fernand Deligny enregistrée par Renaud Victor, 1987. * Titre Fifty et le gour donné par Dérives.

Le mystère Rousseau

Il n'y a pas de « projet », mais plutôt un axe, une orientation, un désir, qui poussent dans le même sens comme une végétation qui obéit sans le savoir à la lumière . « Jeune homme à sa table faisant un film », entretien avec Jean-Claude Rousseau par Vincent Dieutre, la...
Face à ce qui se présente

Face à ce qui se présente (texte de la voix off)

  109 4327656400123434 Les choses sont là. Le jour éclaircit. Les phrases éclaircissent. La forme est claire. Les phrases sont claires. Le carré est clair. Je ne suis pas du tout dans le cadre. Une expérience voilée. Sur un côté, c’est parfait. De l’autre côté, sur le côté, c’est parfait. Sur les côtés,...
Jan Vermeer, la liseuse à la fenêtre, 1657

Ciné-journal

HISTOIRE D'UN HOMME QUI ÉTAIT ALLÉ À LA GALERIE FRICK POUR VOIR UN VERMEER Il était une fois un homme. Il vivait, travaillait, mangeait et dormait comme n'importe qui d'autre. Un jour, je ne sais comment ni pourquoi, il se rendit à la galerie Frick et se planta devant un...

Antonio

Images super 8 filmées au col de la croix de l'homme mort (Loire), à Lyon et à Paris. Bande son travaillée à partir d'un entretien avec ma grand-mère.

le corps écran

Espace noir. Dedans, l’Ecran. En face, nous. Entre les deux, l'Autre, le projecteur, le Sphinx, longtemps ignoré, caché et redouté. Père-mère dévorant l’image - mâchoires bruyantes - lui fait parcourir son labyrinthe. Minotaure ayant vaincu, l'image morte, ensevelie, embaumée, parée, est expulsée vers un dehors éphémère, espace clos et...

Repérage sur un film à faire avec Robert Kramer

C’était à Toulouse en février 1992. J’étais "ingé son" et je passais en même temps une maîtrise à l’Ecole Supérieure d’Audio-Visuel de la fac du Mirail. Première semaine de février, Robert Kramer arrive à l’école pour encadrer un atelier sur le documentaire : faire un film avec nous à Toulouse. A...
Giovanni Martedi

Un film avec clous et ficelles

Comment faire ? La planche mesure quatre mètres. Elle est encore au bas de l’écran dans l‘amphithéâtre de Saint-Charles qui accueille chaque mercredi les séances du Ciné-club. Giovanni Martedi l'a remarquée. Ce soir où Dominique Noguez lui a donné carte blanche il l'emporte et va la poser sur deux...
Desonappartement.jpg

De son appartement

“Il y avait longtemps que je voulais essayer si je pourrais faire une tragédie avec cette simplicité d’action qui a été si fort du goût des anciens. Il y en a qui pensent que cette simplicité est une marque de peu d’invention. Ils ne songent pas qu’au contraire toute l’invention consiste à faire...
Jeune femme à sa fenêtre lisant une lettre

L’image dans la fenêtre

L’extrême cohérence des films de Jean-Claude Rousseau frappe d’emblée le spectateur. Une fenêtre. Un paysage. Le cinéaste dans sa chambre d’hôtel. L’autoportrait au miroir. La fuite en perspective d’une rue ou d’une avenue. Les intermittences de la lumière. C’est par l’élection d’un certain nombre de contraintes formelles – un...
lesondhistoire0.jpg

le son d’histoires – n° 10 : : Le mystère, la loi, le risque...

  Entretien réalisé par adrienne bavière, mehdi benallal et christophe clavert.

Boris Barnet – portrait d’une commission

"Boris Barnet fut un cinéaste soviétique. « Au bord de la mer bleue » et nous y étions à Cannes, c’est l’histoire d’une femme, de deux hommes, d’un kolkhoze de pêcheurs et d’un miracle (aussi loin que je m’en souvienne). Pourquoi Barnet plutôt que Vertov ou Medvedkine ? Parce...
straub-2.jpg

Entretien avec Danièle Huillet et Jean-Marie Straub

  ROGERS : Parlons un peu de Moïse et Aaron. Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire un film à partir de l’opéra que vous avez vu en 1959 ? STRAUB : Je suis allé voir l’opéra parce que je m’intéressais vaguement à Schönberg, mais je ne savais pas du...
Le navire Night, film de Marguerite Duras, 1979

Le Camion

Premier projet Ce n’est plus la peine de nous faire le cinéma de l’espoir socialiste. De l’espoir capitaliste. Plus la peine de nous faire celui d’une justice à venir, sociale, fiscale, ou autre. Celui du travail. Du Mérite. Celui des femmes. Des jeunes. Des Portugais. Des Maliens. Des intellectuels....

Le scandale de la vérité (sur le droit des auteurs)

Texte initialement paru dans le n°374 des Cahiers du Cinéma, juillet 1985.