Paris – lancement Dérives n°1

thumb image
Samedi 22 septembre 2007 aux «Voûtes» à Paris

 

– 16H00 FERNAND DELIGNY – RENAUD VICTOR

Ce gamin, là
1 h 33, 1976
Documentaire de Renaud Victor (projection vidéo)
Une petite maison dans les Cévennes : Fernand Deligny, pédagogue, poète et penseur du cinéma, invente une autre manière de “vivre avec” les autistes, qui est tout simplement une autre manière de vivre. « L’image, c’est ce que Janmari, l’enfant autiste de Ce Gamin là, conçoit, c’est son mode de pensée, lui, chez qui il n’y a pas de langage… » Fernand Deligny

Plus d’informations sur www.editions-arachneen.fr

Discussion avec Sandra Alvarez De Toledo, éditrice des œuvres de Fernand Deligny.

– 18H00 ANNICK BOULEAU – CATHERINE BAREAU

Soir matin
23’, 2006
Film tourné-monté de Annick Bouleau
Il m’arrive — Il m’arrive
Nous sommes habitués à parler d’expression artistique, de création artistique, étant sous-entendu qu’un créateur, un auteur, un sujet, va s’exprimer, extérioriser des sensations, des affects, des sentiments…
Que se passe-t-il si nous inversons la vapeur  ? Si, au lieu de chercher à montrer, à démontrer, à prendre, nous sommes prêts à recevoir, à accueillir ce qui va apparaître, se donner, par la grâce, par l’habileté de la technique ?
Une image apparaît, se donne et nous surprend…
La rencontre avec l’image qui vient. Dans cette expérience, le temps va prendre forme et devenir un film.

Plus d’informations sur ouvrir.le.cinema.free.fr

Le noir éclaire
Super 8, 54’, 2004/2005
Performance cinématographique. Réalisation, images et sons de Catherine Bareau, conception sonore de Catherine Bareau et Vincent Gobert
Le noir éclaire est un assemblage de séquences visuelles et sonores courtes, éléments bruts sans scénario, ni sujet à traiter. Le fil directeur s’est orienté autour du ressenti de la projection de cinéma, motifs et dispositif étant partie prenante du sentiment déréglé de la durée, de l’espace de la salle, du noir et de la lumière, de la vision et de l’écoute du spectateur.
Un enfant s’aveugle dans la lumière, des gens regardent des paysages et les décrivent, d’autres prennent des photos sur une plage. Et c’est la mer qui vient…

Plus d’informations sur www.etna-cinema.net/bareau.php

Discussion avec les deux réalisatrices

PAUSE REPAS

– 20h30 JEAN-CLAUDE ROUSSEAU

Jean-Claude Rousseau est né à Paris. Séjournant à New York dans les années 70, il y découvre le cinéma d’avant-garde en même temps que les films d’Ozu. De retour en France, il engage une pratique artistique et publie quelques textes sur l’œuvre de Robert Bresson qu’il relie à l’esthétique du peintre Jan Vermeer.
Ses films ont été projetés dans de nombreux festivals où il a obtenu notamment le Grand Prix du Documentaire au Festival de Belfort en 1999 avec son film La vallée Close et le Grand Prix du Festival International du Documentaire de Marseille en 2007 avec son filmDe son appartement.

Jeune femme à sa fenêtre lisant une lettre
45’, 1983-1984
Par la fenêtre, on ne sait pas quel est le paysage : une rue, un canal, la vue sur Delft, le port peut-être. On est à l’intérieur dans la lumière du jour. Au mur, les cartes de géographie sont plus grandes que les tableaux et pourtant nous ne savons pas où nous sommes.

Discussion autour des débuts du cinéma de Jean-Claude Rousseau

Trois fois rien
79’, 2004-2006
Mon premier refléterait un visage dans l’eau du lac ; mon deuxième ne retiendrait que la voix ; mon troisième passerait comme l’ombre légère sur la neige, et mon tout serait le lieu sans nom du désir.

Rencontre avec Jean-Claude Rousseau animée par Sylvain Maestraggi

Programme pdf de la soirée de lancement