Montage d’un film

Les étapes du montage
version virtuel
– Réception des rushes avec time code
– Dérushage image et son
– Compression et enregistrement sur le disque dur
– Montage maquette
– Titrage + effet
– Mixage
– Visionnement
– Conformation
– Enregistrement du film sur master vidéo ou sur un disque magnéto-optique
– Duplication

Le dérushage

Lors du dérushage, il faut visionner les rushes (plans filmés) et les classer grâce à cette grille.

No K7 | Time code début | Descriptif | Image | Son | Observation

feuille de dérushage à télécharger

Les raccords

Le raccord consiste à un changement de plan dans un film

Les raccords dans l’axe
On parle de raccord dans l’axe lorsqu’on passe d’un plan d’ensemble à un plan rapproché ou l’inverse sans que la caméra n’est changée d’axe, c’est à dire d’angle de prise de vue.

Les raccords de regard
Quand à un plan A montrant un personnage regardant un objet ou une scène le plus souvent hors champ répond un plan B qui nous dévoile de son point de vue ce que celui-ci regardait.
Le raccord regard est lié à la figure du champ/contrechamp qui ne lui est pas réductible.

Les raccords de mouvement / sur un geste
Quand on opère une coupe avant la fin d’un geste ou d’un mouvement pour raccorder au plan suivant sur la poursuite et la fin d’un même geste ou même mouvement à la même vitesse et dans la même direction.

Champ / contrechamp
Quand à un premier plan dirigé sur un sujet succède un second plan dont la prise de vue est faîte dans la direction opposé. Avec ou sans corps des protagonistes en amorce et avec ou sans échange de parole.

Les raccords de direction
C’est le fait de faire suivre un plan où une personne sort du champ avec un plan où une personne rentre dans le champ

Volet naturel
C’est à dire qu’un personnage ou un objet passe devant l’objectif, on coupe au moment où le champ est complètement obstrué (noir) et on reprend sur un autre plan ou l’on passe du noir à l’image.

Les raccords pano
Il est employé dans les films d’action pour soutenir le rythme. Il s’agit de terminer le plan A par un pano rapide dans un sens et de débuter le plan B suivant par le même procédé.

Les raccords au flou
On finit le plan A par un flou et on commence le plan B par un autre flou (ex : flash-back).

Les raccords analogie
On se sert d’une similitude de formes ou de couleurs pour raccorder 2 plans.

Les effets

Fondu enchaîné
Trucage optique produisant un chevauchement, généralement de courte durée, de 2 images consécutives avec surimpression et effacement de la fin d’un plan par le début du plan suivant.

Fondu au noir ou fondu au blanc
Extinction puis suspension passagère des images du film par obscurcissement ou éclaircissement progressif de l’image. Marquant en général un écart temporel entre 2 séquences, le fondu constitue un des principaux moyens de l’ellipse cinématographique parfois à dominante spatiale ou temporelle.

Le volet
Procédé optique par lequel une image est littéralement balayée, généralement de gauche à droite et de droite à gauche, chassée par le plan qui suit.

Ouverture ou fermeture au noir ou blanc
Disparition ou apparition progressive de l’image surgit du noir ou du blanc sur l’ensemble de la surface de l’écran.

Ouverture ou fermeture à l’Iris
Apparition ou disparition de l’image généralement sur fond noir à partir d’un cache en forme de cercle qui s’agrandit jusqu’à coïncider avec tout l’écran ou au contraire se rétrécit jusqu’au noir complet.
Figure courante dans le cinéma muet, elle permet de mettre l’accent sur un fragment de l’image.

Les options de montage

Montage Cut
Coupe franche. Passage brusque d’un plan à un autre sans aucun effet optique.

Jump Cut
La saute. Effet obtenu en retirant un fragment au milieu d’un plan tourné et en raccordant le début et la fin de ce même plan, ce qui produit une saute à l’écran et un saut dans l’action (voir « A bout de souffle »).

Montage alterné
Série de plans donnant à voir en alternance deux actions simultanées (ou davantage) ayant lieu à distance comme dans les poursuites où le montage effectue un va et vient entres les poursuivants et les poursuivis.
L’essentiel ici est que les deux actions se déroulent dans le même temps. Mais outre leur lien temporel, les deux actions ont souvent par exemple un lien de causalité (cause / conséquence).

Montage parallèle
C’est un type particulier d’alternance des plans ou des séquences n’offrant aucun rapport de simultanéité ou de causalité entre eux.
Il est davantage l’expression d’une mise en rapport logique ou sémantique entre deux termes qui le plus souvent ne sont pas destinés à se rencontrer puisqu’ils appartiennent à des temps et des espaces différents.
Déterminé à la fois par le contenu et par le sens explicite ou implicite de la scène, le montage en parallèle sert souvent des figures de style comme la comparaison, la métaphore ou l’opposition.

Split-Screen
Procédé par lequel l’écran est divisé en 2 ou 3 parties. D’abord alternative du champ/contrechamp, il est devenu un moyen de s’affranchir de l’arbitraire du montage.
Figure emblématique des films de Brian de Palma, il y sert une sorte de schizophrénie de la vision absolue.
Le split-screen travaille le lien selon 4 modes :
-un lien spatial avec la figure du suspens (poursuivi et poursuivant occupent chacun la moitié de l’écran).
-un lien optique incarné par exemple par le champ contrechamp
-un lien plastique
-un lien mental qui, cousin de la surimpression filmique, contraint le spectateur à effectuer une synthèse imaginaire formant une 3ème image invisible.

L’option « plan de coupe »
Si vos raccords de mouvements laissent à désirer, ou que vous avez une faute de raccords (30°, 180°, etc).
Vous pouvez utiliser des plans de coupe pour lier vos plans.
Il s’agit d’un plan qui évoque l’action principale sans la montrer.
Par exemple pour un western cela peut être un plan de l’enseigne d’un saloon qui bat ou d’un nuage de poussière soulevé par le vent dans le désert.