Vers une ère post-média

Texte de Félix Guattari, 1990

La jonction entre la télévision, la télématique et l’informatique est en train de s’opérer sous nos yeux
et elle s’accomplira probablement durablement dans la décennie à venir. La digitalisation de l’image télé aboutit bientôt à ce que l’écran de télé soit en même temps celui de l’ordinateur et celui du
récepteur télématique. Ainsi des pratiques aujourd’hui séparées trouveront-elles leur articulation. Et
des attitudes, aujourd’hui de passivité, seront peut-être amenées à évoluer. Le câblage et le satellite
nous permettront de zapper entre 50 chaînes, tandis que la télématique nous donnera accès à un
nombre indéfini de banques d’images et de données cognitives. Le caractère de suggestion, voire
d’hypnotisme, du rapport actuel à la télé ira en s’estompant. On peut espérer, à partir de là, que
s’opérera un remaniement du pouvoir mass-médiatique qui écrase la subjectivité contemporaine et
une entrée vers une ère postmédia consistant en une réappropriation individuelle collective et un
usage interactif des machines d’information, de communication, d’intelligence, d’art et de culture.

À travers cette transformation, c’est la triangulation classique: le chaînon expressif, l’objet référé et
la signification, qui se trouvent remaniées. La photo électronique, par exemple, n’est plus l’expression d’un référent univoque, mais production d’une réalité parmi d’autres possibles. L’actualité télévisée résultait déjà d’un montage à part de composantes hétérogènes: figurabilité de la séquence,
modélisation de la subjectivité en fonction des patterns dominantes, pression politique normalisante, soucis d’un minimum de rupture singularisante… À présent, c’est dans tous les domaines qu’une
telle production de réalité immatérielle passe au premier plan, avant la production de liens matériels
et de services.

Doit-on regretter le «bon vieux temps» où les choses étaient ce qu’elle étaient, indépendamment de
leur mode de représentation? Mais ce temps a-t-il jamais existé ailleurs que dans l’imaginaire scientiste et positiviste? Déjà au paléolithique –avec les mythes et les rituels– la médiation expressive
avait pris ses distances avec «la réalité». Quoi qu’il en soit, toutes les anciennes formations de pouvoir et leurs façon de modéliser le monde ont été déterritorialisées. La monnaie, l’identité, le contrôle social passent sous l’égide de la carte à puce. Les événements d’Irak, loin d’être un retour sur
terre, nous font décoller dans un univers de subjectivité mass-médiatique proprement délirant. Les
nouvelles technologies sécrètent, dans le même mouvement, de l’efficience et de la folie. Le pouvoir
grandissant de l’enginerie logicielle ne débouche pas nécessairement sur celui de Big Brother. Il est
beaucoup plus fissuré qu’il n’y paraît. Il peut exploser comme un pare-brise sous l’impact de pratiques moléculaires alternatives.

Texte paru originellement dans [Terminal n° 51->http://www.revue-chimeres.fr/guattari/artde/divers.html]