Sous Séoul Saoul (ou la fin des sourires)

thumb image
Film de Franck Gourdien, 2007

à partir des prises de son d’Éric La Casa et Jean-Luc Guionnet

Placée sous l’exergue d’une célèbre réflexion de Proust, cette plongée dans Séoul est en fait le résultat d’un re-filmage (à travers le prisme d’un verre de vin) d’un film de la Corée réalisé en 2002 à partir de plans tournés lors des quatre années passées dans la péninsule. Quête, sinon d’une « saveur » du temps (passé à voir, enfin à boire…), d’une couleur particulière et de la déclination d’un sourire, cette recherche se déroule telle une mémoration saoule de mouvements de couleurs.

Le temps souvenu devint tonalité, de l’ambre liquide, un alcool jaune. De cette flavescence, un texte s’est écrit, mais, au montage, les mots se sont éclipsés sous le flux des images.
Voici ce texte, et prélude occulté :

Gorgées à la coupe d’un fleuve :
Il y eut une couleur / qui pesa ou plutôt / qui lesta – à l’intérieur / il y eut une lumière / qui plomba un organe / ou qui le plongea dans une huile ou plutôt / du sein du corps teinta / le liquide dans lequel gîtait cet organe / d’un jaune qui n’est pas un jaune / il y eut une déclinaison / du jour / une inclinaison des jours après jours / de la couleur d’un matériau de l’air – de la région où il y eut cette saison / et plus lointaine encore / reflue céans contre-saison / mais sirop / qui sécha / longtemps après avoir quitté l’extrémité / devenu l’ambre – de la couleur d’un matériau de l’heure / et il saigna de l’ocre longtemps / sur ou de cet organe ou dedans et / goutte après goutte / ou lame après lame / chuta dans le fond combustible / et n’illumina pas / mais greva l’estomac – qui n’est pas cet organe / de ce que faute d’éclairage dans ce trou / se traduira par / l’angle de ces années / passées / à travers cette couleur / ou « la force d’expansion » – partout là-bas – la gravité de la région qui atteignit l’organe / une heure / substantielle / et indissoluble / une heure la couleur ou liqueur – de « leur gouttelette presque impalpable » / commensurables au poids d’un verre aujourd’hui (et non à la robe du vin).

[franckgourdien.free.fr->http://franckgourdien.free.fr/]
franckgourdien[at]yahoo[dot]fr