Le Sang du condor

thumb image
Film de Jorge Sanjinés, 1969

70′ – Bolivie – VOSTA

Film de Jorge Sanjinés & Groupe UKAMAU

Ignacio est le mallku du village andin de Kaata, c’est-à-dire le chef de la communauté indigène. Accompagné de sa femme Paulina, il va enterrer des petites poupées au sommet d’une montagne en souvenir de leurs trois enfants morts lors d’une épidémie. Un peu plus tard, Ignacio survit à une fusillade par la gendarmerie, mais il est grièvement blessé. Paulina le conduit à La Paz, où elle espère que pourra l’aider Sixto, le frère de son mari. Mais les difficultés continuent à l’hôpital : Paulina ne parle que quechua, ni son sang ni celui de Sixto ne sont compatibles avec celui d’Ignacio, et ils n’ont pas d’argent pour en acheter. Paulina raconte à son beau-frère qu’un yatiri (devin indien) a lu dans les feuilles de coca qu’elle était devenue stérile, comme plusieurs autres femmes, à Kaata et Muyu. Les offrandes à la Pachamama et aux Machulas (les esprits des montagnes) n’y ont rien changé. Pourquoi les Indiennes n’arrivent-elles subitement plus à avoir d’enfant ? Pourquoi l’intendant a-t-il ordonné de fusiller Ignacio ? Sa femme et son frère parviendront-ils à réunir de l’argent pour lui acheter du sang ? Et quel est le rôle joué par la maternité tenue par une association humanitaire américaine, dont l’ouverture semble avoir coïncidé avec l’arrivée de tous les maux dans la paisible communauté ?