Du réel-vécu au réel-fiction

Texte de Renaud Victor, 1977

Dans la recherche de l’image de son deuxième long métrage de fiction « Hé tu m’entends »(1980), une notion essentielle du cinéma de Renaud Victor se définit par le passage du « réel-vécu » au « réel-fiction » pour rendre compte de manière sensible des comportements.
Enfin il s’agit plutôt d’une structure dynamique du film qui suppose des intersections entre réel-vécu et réel-fiction :
« La trame réelle du quotidien vécu doit être révélée par un travail patient d’enquête ; cette enquête utilise la vidéo comme outil principal de recherche.
C’est donc de l’enquête que tout procède. »
Ce patient travail d’enquête est l’un des éléments principaux qui soutient la mise en scène et bien souvent c’est aussi ce qui distingue un regard de cinéma opposé à celui de la télévision.

(Stef Moro)

 

Aucun article à afficher