Sur la route de Bréauté

C’est un vendredi soir d’avril, il est 18h30 environ. Il fait encore jour. Le train de Paris entre en gare de Bréauté-Beuzeville après sa course contre les ondées. Le soleil se montre tout juste quand je descends sur le quai. Ce trajet, je le fais presque toujours seule, pour...

Ça a recommencé, l’émerveillement

«  À cette époque-là, c’était toujours fête. Il suffisait de sortir et de traverser la rue pour devenir comme folles, et tout était si beau, spécialement la nuit, que, lorsqu’on rentrait, mortes de fatigue, on espérait encore que quelque chose allait se passer, qu’un incendie allait éclater, qu’un enfant...

Mon personnage

« Être rassemblé par un autre en une seule personne – comme c’est étrange. Étrange de sentir le fil tissé en nous étendre ses fins filaments dans les brumes du monde qui vient s’interposer. Il est parti ; et je reste en tenant son poème. Il y a ce fil entre nous....