Bruxelles. Filmer à tout prix. Carte blanche à Dérives

thumb image
Dimanche 13 novembre 2011 à 14h

Flagey
Place Sainte Croix 1050 Ixelles

Entrée libre.

Les Dérives autour du cinéma cheminent à travers un site internet (www.derives.tv), une revue papier & dvd au long cours et des projections itinérantes.
Certains membres de dérives font également des films. Ils vous ouvrent leur atelier et présenteront chacun un travail achevé, accompagné d’une forme à trouver pour partager avec le public d’autres films en cours de fabrication avec projections, lectures et débats.

Au programme : Esprit des lieux. Présence et absence. Place des corps. Observer le réel, en prélever les traces. Décrire ce qui s’est produit, hier et aujourd’hui. Ici et ailleurs. Laisser le regard soulever peu à peu les choses, les mots, les êtres. Voir au delà. D’autres territoires.

Comme un vent qui nous pousse dans le dos
Caroline Beuret – 19’ – DV-Cam – 2010
Une alarme, une route, un cri. Ca parle d’une époque. On ne sait jamais quand elle finit. Autoportrait, manifeste, essai psychédélique, vision du monde et d’un temps passé maintenu dans la suspension du temps présent. Recherche de corrélations entre état du monde et état d’âme.

L’Europe après la pluie
Jeremy Gravayat – 40’ – 2006
Histoire d’un Aller-retour. Deux ans après les avoir rencontrés, j’ai emprunté de nouveau le chemin qui menait certains exilés jusqu’à Sangatte, camp du Nord de la France. J’ai marché, jusqu’au bout de la route. J’ai attendu face à la mer. Ils n’étaient plus là. Le temps s’est arrêté.

Atlas (Premiers Fragments)
Film-Annonce de Jeremy Gravayat
Depuis dix ans, un intérêt particulier pour les trajectoires, récits et espaces de résistances qui accompagnent les exilés dans leurs parcours. Atlas est un projet de long-métrage en cours d’écriture, à partir de fragments collectés au fil de ces rencontres. Ici, une annonce, une première esquisse.

Les oiseaux d’Arabie
David Yon – 40’ – 2009
Simone Weil et Antonio Atarès, un paysan anarchiste espagnol exilé en France, puis déporté en Algérie, échangent une correspondance. Entre le passé de ces lettres et le présent de leurs espérances dans des images d’aujourd’hui.

Le songe d’un habitant de Djelfa ou la nuit et l’enfant
Projet de film de David Yon
Improvisation en live de Jean D.L.
Après les oiseaux d’Arabie, un autre film se prépare. Ces deux films formeront un diptyque. Son résumé pourrait être : Traversant l’obscurité d’une nuit qui se prolonge, trois jeunes algériens explorent dans le territoire ce qui fait signe, hantés par l’histoire de leur aïeule.

Milles et Unes Mines
Film en cours de Ouahib Mortada, Laurent Thivolle et Caroline Beuret (Numéro Zéro)
2007. Premières images filmées par Ouahib, de retour dans sa région natale de Jerada, cité minière de l’Est Marocain. Le film se fabrique ensuite en miroir, autour de ses auteurs, abordant l’histoire de l’abandon des industries minières, pour remonter jusqu’à la réappropriation des richesses de ces terres, par leurs habitants.