Jean-Claude Rousseau, bio-filmographie

thumb image
Biographie et filmographie illustrée du cinéaste

img-Portrait-Pantin-9-028_1.jpg

Bio-Filmographie

Jean-Claude Rousseau est né à Paris. Séjournant à New York dans les années 70, il y découvre le cinéma d’avant-garde en même temps que les films d’Ozu. De retour en France, il engage une pratique artistique et rédige quelques textes sur l’œuvre de Robert Bresson qu’il relie à l’esthétique du peintre Jan Vermeer.

En 1980, il termine l’écriture d’un scénario, Le Concert champêtre*, et réalise en 1983 un premier film en super 8 : Jeune femme à sa fenêtre lisant une lettre. Viennent ensuite deux courts métrages : Venise n’existe pas (1984) et Keep in touch (1987)**. Les Antiquités de Rome (1989) est son premier long métrage. Là aussi Jean-Claude Rousseau utilise le super 8 de façon inhabituelle : où l’on privilégie les plans courts, le cinéaste introduit la durée ; où la caméra est le plus souvent en mouvement, il choisit la fixité. Outre dans les festivals, son travail est alors présenté au Centre Georges Pompidou, à New York University, à la Cinémathèque royale de Belgique, ainsi qu’au Fresnoy.

Pour accompagner la projection d’une nouvelle copie de leur film Othon, Jean-Marie Straub et Danièle Huillet demandent à la Cinémathèque française de montrer La Vallée close***. C’est grâce à leur soutien que ce deuxième long métrage a pu être transféré en 16 mm. Il est sélectionné par le festival de Locarno en 1997 et obtient le Grand Prix du Documentaire au festival de Belfort en 1999.

La sortie commune de Les Antiquités de Rome et de La Vallée close a lieu au Studio des Ursulines à Paris en septembre 2000. L’année suivante un hommage lui est rendu à la Mostra de Venise, avec une programmation complète de ses films. En 2002, Jean-Claude Rousseau est à Genève pour une rétrospective à l’ESBA accompagnée d’une carte blanche où il choisit de montrer Ouvriers, Paysans de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet et My husler d’Andy Warhol. La même année, il présente sa première réalisation en vidéo numérique, Lettre à Roberto, au Festival international du documentaire de Marseille (FidMarseille) et au Festival de Locarno.

Il interviendra ensuite à Lussas dans le cadre des Etats Généraux du film documentaire où sont projetés Keep in touch et Les Antiquités de Rome. En 2003, un programme de ses courts métrages a lieu au Festival Némo à Paris et à la Biennale de Lisbonne, tandis qu’une rétrospective lui est consacrée au Festival de Jeon Ju, en Corée. C’est là qu’il réalise Juste avant l’orage****. Ce dernier film sera présenté à Marseille et à Locarno, puis aux festivals de Turin et de Rotterdam. A l’automne de la même année, le Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg l’accueille pour une programmation de l’ensemble de son travail.

En 2004, Jean-Claude Rousseau est de retour au Festival de Jeon Ju pour y montrer Juste avant l’orage et présenter deux nouveaux films, Faibles amusements et Contretemps, qui seront vus ensuite aux festivals de Locarno et de Turin ainsi qu’à la Viennale et au Festival du documentaire de Marseille. L’année s’achève avec un programme de ses films réalisés en vidéo numérique à l’Institut franco-japonais de Tokyo.

Au printemps 2005, le festival « Côté Court » de Pantin l’accueille pour une rétrospective. Il réalise ensuite Comme une ombre légère, composant, avec Faibles amusements et Contretemps, un triptyque sous le titre Trois fois rien.

Une vue sur l’autre rive complète, en janvier 2006, une sélection de ses films proposée par « Les cahiers du cinéma » au festival « Premiers Plans » d’Angers. C’est l’occasion d’un autre court métrage qu’il intitule Faux départ. En juillet, il préside le jury de la compétition française au Festival du documentaire de Marseille et y montre un nouveau film : La Nuit sans étoiles.

L’année suivante, De son appartement reçoit, à Marseille, le Grand Prix de la compétition internationale. A l’automne 2007, Jean-Claude Rousseau est à Rome pour une rétrospective intégrale à la Villa Medicis et à la Cineteca Nazionale.

En 2009, il est invité au Media City Film Festival (Canada), pour présenter une sélection de ses courts métrages. C’est en 2010 qu’il achève un nouveau long métrage, Festival, programmé la même année à la Viennale, à Doclisboa, au festival de Las Palmas et à celui de Trieste « I mille occhi ». Par la suite il assure une Master Class au département cinéma de la HEAD de Genève, puis il est présent à Toronto, Vienne, Marseille… pour y montrer des films courts dont certains semblent inspirés par la forme brève des haïkus.

Jean-Claude Rousseau sera invité pour la première fois au Japon en 2013 avec un programme organisé par l’Université Doshisha de Kyoto.

En 2015, la Cinemateca Portuguesa lui consacre une rétrospective complète accompagnée d’une carte blanche. A l’automne de cette même année, il est de nouveau invité au Japon où il réalise Arrière-saison et Si loin, si proche. Ces deux films, tournés pour la première fois avec une caméra haute définition au format 16/9, font partie de la rétrospective présentée pendant l’automne 2016 à Kobé (Planet Film Archive), Kyoto et Tokyo (Athénée Français Cultural Center).



* Le Concert champêtre est paru aux éditions Paris expérimental (2001).

** Keep in touch, transféré en 16 mm en 2000, a obtenu le Grand Prix du court métrage au Festival international du film de Belfort (2001).

*** La Vallée close est édité en coffret (DVD + livre de 176 pages), Capricci (2009).

**** Juste avant l’orage a obtenu le Grand Prix Essai-Artvidéo au Festival « Côté Court 2004 » de Pantin.

 

Filmographie

jeunefemme2-2.jpg

Jeune femme à sa fenêtre lisant une lettre, 1983, 45′

venise.jpg

Venise n’existe pas, 1984, 11′

keep3.jpg

Keep in touch, 1987, 25′

rome.jpg

anti-pyramide.jpg

Les antiquités de Rome, 1989, 105′

close2.jpg

close.jpg

close4.jpg

La Vallée Close, 1995, 140′

roberto-2.jpg

roberto.jpg

Lettre à Roberto, 2002, 13′

juste.jpg

Juste avant l’orage, 2003, 17′

faible.jpg

Faibles amusements, 2004, 36′

Contretemps

Contretemps, 2004, 5′

nonrendu2.jpg

Non rendu, 2005, 19′

Comme-une-ombre.jpg

Comme une ombre légère, 2005, 37′

rive.jpg

Une vue sur l’autre rive, 2005, 24′

troisfois.jpg

troisfois2.jpg

Trois fois rien, 2006, 78′

nuit.jpg

La nuit sans étoiles, 2006, 18′

faux2-2.jpg

Faux départ, 2006, 12′

deuxfoisletour.jpg

Deux fois le tour du monde, 2006, 8′

desonappartement.jpg

De son appartement, 2007, 70′

301-2.jpg

301, 2008, 18′

appeldelaforet.jpg

L’appel de la forêt, 2008, 8′

serienoire.jpg

Série noire, 2009, 19’

mirage-3.jpg

Mirage, 2010, 13’

festival-3.jpg

Festival, 2010, 80’

veduta-3.jpg

Veduta, 2010, 2’

NUITBLANCHE.jpg

Nuit blanche, 2011, 2’

SENZAMOSTRA.jpg

Senza mostra, 2011, 10’

DERNIERSOUPIr.jpg

Dernier soupir, 2011, 2’

UNJOUR.jpg

Un Jour, 2011, 4’

ATTIQUE.jpg

Attique, 2011, 2’30

SAUDADE.jpg

Saudade, 2012, 14’

Eaux_profondes_7a.jpg

Eaux profondes, 2012, 2′

L_AIR_D_E_TRE_LA_.jpg

L’air d’être là, 2013, 1’30 »

RENDEZ-VOUS_2ab.jpg

Rendez-vous, 2013, 1’20 »

SOUS_UN_CIEL_CHANGEANT_1.jpg

Sous un ciel changeant, 2013, 12′

UN_AUTRE_JOUR_abc.jpg

Un autre jour, 2014, 2’30 »

FANTASTIQUE_10a.jpg

Fantastique, 2014, 6′

TERRASSE_AVEC_VUE-.jpg

Terrasse avec vue, 2014, 27′

–  PASSION, 7′ (2015)

–  CHANSONS D’AMOUR, 8′ (2016)

–  ARRIERE-SAISON, 24′ (2016)

–  SI LOIN, SI PROCHE, 26′ (2016)